Johnny, La vie en rock, Frédéric Quinonero p.714
imprimerHallyday père et fils, l'accord majeur
L'album Sang pour sang entièrement composé et dirigé par David Hallyday

C'est Françoise Sagan qui incite l'idole à pousser « Quelques cris », un texte sous forme de bilan autobiographique, sur lequel tous les compositeurs sollicités se sont cassé les dents. Johnny évoquait cette rencontre avec la romancière, organisée dans un restaurant par son ami photographe Marc Francelet, il y a déjà quatre ans: « Nous avons discuté pendant des heures. Je lui ai parlé de mes peurs, de mes angoisses, de mes doutes... Une rencontre insolite et extraordinaire : Sagan et Hallyday, l'intello et le rocker... Deux déracinés que tout semblait opposer. » [1]
De son côté, la romancière exprime ce qui la séduit en Johnny et qui les rassemble : « J'aime ce côté fou, auto-destructeur, impudent, innocent qu'il y a chez lui. Ce quelque chose d'un écorché vif qui émane parfois de ses chansons. » [2]
Dans les heures qui suivent ce dîner, Sagan écrit deux textes qu'elle expédie par fax. Johnny a le coup de foudre pour « Quelques cris » [3], dont David saura rendre l'intensité par une composition puissante, portée par une orchestration classieuse et des arrangements grandiloquents :
« Françoise a tout compris. Pour moi, cette chanson est aussi puissante que le "Tennessee" de Michel Berger. »

« Si aujourd'hui, je ne crie plus
C'est qu'une autre a pris le dessus
Elle parle peu, elle parle bas
La solitude brise ma voix. »


[1] Paris Match, N°2430, 21 décembre 1995
[2] La dépêche du Midi, 12 septembre 1999
[3] On ne sait rien de l'autre texte envoyé par Françoise Sagan qui n'a pas été retenu.

Johnny, La vie en rock, Frédéric Quinonero p.714

Valid HTML 4.0 Transitional